LES VOYAGES DE LALLA TAMA ZUST

By 16 juin 2014Archives, Films

Année Réalisation : 1993

Durée : 30 et 19 minutes

Synopsis

Lalla Tama’Zust est le surnom donné à Germaine Laoust – Chantreaux lorsqu’elle était institutrice à Aït Hichem entre 1935 et 1939. Cinquante-trois ans plus tard, à la sortie de son livre Kabylie coté femmes « la vie féminine à Aït Hichem » 1937 – 1939 elle revient sur les lieux de son passé, retrouve ceux qu’elle avait quittés et évoque avec eux la Kabylie à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale.
Son retour à Aït Hichem lui rappelle ses premières impressions à son arrivée le 1è janvier 1935. Le village était enneigé, les moyens de communication entre les villes étaient inexistants. Chargée d’apporter à tous les enfants la culture française, elle s’est rapidement fait adoptée par tous les villageois et est devenue Lalla Tama’Zust. Alerte et énergique, elle laisse défiler ses souvenirs au gré des rencontres et des photos qu’elle montre. Elle se souvient du linge étendu sur les rochers ou des cruches que les femmes portaient sur la tête. Heureuse, elle retrouve ces femmes qu’elle a connu enfant et s’exclame : « Mon retour a Aït Hichem a été absolument extraordinaire et je suis fort heureuse de retrouver toute sorte de personnes que j’ai connue petite fille et qui se trouve (…) maintenant mère de famille, grand-mère de famille. »

Mais son témoignage sert de support à une réflexion sur ce qu’est devenue la Kabylie. Si l’époque colonialiste a tenté d’imposer la culture française, aujourd’hui, les Kabyles veulent retrouver la langue berbère. Ils revendiquent leur identité tout en restant ouverts à la modernité.

Une exposition de photographies d'Anne-Marie Camps : retour à Aît Hichem répond aux images de 1937.

Générique

réalisation : Hélène Lioult avec la collaboration au tournage d'Anne-Marie Camps et au montage de Jocelyne Piay, Edmond Joannet, Guy Lambert du STCAV de l'Université de Provence

remerciement : Tiziri pour la musique et les enfants de Tizi-Ouzou

production, diffusion : Airelles Vidéo avec l'aide financière du Fond d'action sociale pour les travailleurs immigrés, du Conseil Général des bouches du Rhône, de l'Ambassade de France en Algérie, de l'association des jumelages, Ville d'Aix-en-Provence.

en collaboration avec Anne-Marie Lapillonne d'Edisud, Abdel Malek, Sayad, CNRS, La maison de la culture de Tizi Ouzou, les associations culturelles berbères en France et en Algérie.